Moulin de Pointe-aux-Trembles

 

Construit par un descendant de François Deguire

2019 : 300 ans d’histoire

Ce moulin à vent, construit  en 1719, est l’un des plus anciens du Québec.  il est resté en opération jusqu’en 1866.

Sur les 240 moulins à vent construits sur le territoire de la province de Québec à l’époque coloniale, il en reste 18.

Il a été construit par les Sulpiciens, communément appelés les seigneurs de l’Île de Montréal, qui l’ont fait ériger par le maître maçon Jean-Baptiste Deguire, dit Larose fils du premier ancêtre Deguire en Amérique du Nord afin de remplacer le premier moulin qui avait été la proie de la crue des eaux. L’objectif du moulin était non seulement de moudre les grains apportés par les colons, mais aussi de servir comme forteresse en cas d’attaques. Le moulin est érigé entre le fleuve Saint-Laurent et l’ancien chemin du Roy, devenu la rue Notre-Dame.

Les moulins étaient des outils incontournables pour nourrir la colonie, mais ils étaient aussi plus que cela, selon Claude Belzil. Ce dernier compare les parvis des moulins aux parvis des églises, mais où les gens utilisaient un langage différent. « Lorsqu’on venait au moulin, le langage était beaucoup plus vert, dit-il. On réglait nos comptes et on discutait de certaines questions politiques ou religieuses ».

Le moulin à vent est un actif exceptionnel du Vieux-Pointe-aux-Trembles. Ce bien culturel a le statut de bien archéologique classé depuis 1983 par le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Cette tour cylindrique en pierre, haute de treize mètres, comporte quatre niveaux et est surmontée d’un toit conique couvert en bardeau de cèdre.

Le moulin à vent de Pointe-aux-Trembles présente également un intérêt pour sa valeur architecturale. La maçonnerie de très grande qualité avec ses murs massifs en pierre des champs est l’oeuvre du maçon Jean-Baptiste Deguire dit La Rose (1687-1755). Elle présente une caractéristique particulière, unique dans la région montréalaise : les jambages et les linteaux des portes et des fenêtres sont en pierre de taille plutôt qu’en bois comme c’est habituellement le cas. Cette particularité confère au moulin davantage de solidité et de résistance au gel et aux intempéries. L’architecture du moulin, conçue de manière à assurer sa durabilité, lui a permis de subsister jusqu’à nos jours. Le moulin comporte également quatre niveaux, alors que les moulins à vent de la vallée du Saint-Laurent n’en possèdent généralement que trois. Sa hauteur exceptionnelle de treize mètres, qui en fait le moulin à vent du Régime français le plus élevé du Québec, est accentuée par la petite butte artificielle sur laquelle il a été érigé.

Un des cinq faits historiques inusités de Pointe-aux-Trembles

« Pas question d’avoir un moulin plus petit »

Construit en 1719, afin de remplacer l’ancien emporté par les glaces du printemps, le Vieux-Moulin de Pointe-aux-Trembles est l’un des seuls à compter trois étages dans toute la région.

En 1815, le meunier William Fleming entreprend la construction d’un premier moulin à vent en bois dans l’ouest de Montréal.

Il y prépare d’abord les grains d’orge et le riz, mais quelques mois plus tard, il équipe son moulin de meules pour moudre le blé. Il fait ainsi directement concurrence aux moulins appartenant aux Sulpiciens et surtout, va à l’encontre de leur droit exclusif de moudre le blé de leurs censitaires.

En 1816, les seigneurs enclenchent des poursuites judiciaires. La cause se rend devant la Cour d’appel du Bas-Canada en 1825. Les juges sont toutefois divisés sur la question et le statut quo demeure. Les Sulpiciens abandonnent leurs poursuites.

William Fleming fait construire en 1827 le moulin à vent en pierre. Un moulin de trois étages.

« Nous pensons que les Sulpiciens n’ont pas voulu perdre la face et ont fait ajouter un troisième étage à leur moulin de Pointe-aux-Trembles afin qu’il soit aussi grand que celui de M. Fleming », indique M. Belzil.

Sommaire historique du musée présenté en 2014 aux descendants de François Deguire dit Larose par M. Claude Belzil, président de l’Atelier d’histoire de la Pointe-aux-Trembles.

 

Photos de la visite de 2014.

 

Le Vieux-Moulin de Pointe-aux-Trembles en bref

1669
Pour la première fois, les Sulpiciens accordent des terres en dehors de Ville-Marie. Jean Oury dit Lamarche reçoit le mandat de développer le village avec un moulin à vent et une chapelle.

1671
Le premier moulin est érigé sur un terrain aujourd’hui enfoui sous les eaux du fleuve, à la hauteur de la rue Ste-Anne. Sa construction précède celle de la chapelle, en 1678, preuve de son importance.

1719
Le second moulin est construit, le premier ayant été graduellement emporté par la crue des eaux et le mouvement des glaces. Il traitera surtout des grains de blé, d’orge été d’avoine.

1822
On ajoute un troisième étage au moulin, ce qui en fait le plus haut du régime français. L’ajout aurait été motivé par le désir de ne pas se voir supplanter en grandeur par le moulin Fleming, dont la construction, en 1815 à Ville LaSalle, a mené à un procès où les Sulpiciens ont défendu leur monopole sur la mouture du blé dans la seigneurie.

1866
Les opérations sont officiellement terminées, et le moulin laissé à l’abandon. Au début des années 1900, il en ruine. Un salon mortuaire sera même construit devant le moulin dans les années 1970 par Magnus Poirier, alors propriétaire du terrain.

1982

Le moulin est classé bien archéologique en vertu de la Loi sur les biens culturels

2001
Sous l’impulsion de Claude Belzil et de l’archéologue en chef de Montréal, la Ville se porte acquéreuse des vestiges, ainsi que du terrain vacant adjacent, pour en faire un parc patrimonial.  Le complexe funéraire est détruit en 2005, et le parc ouvert au public en 2009.

2007-2008

Restauration du moulin, aménagement du parc, construction d’un belvédère, confection d’un parcours muséologique et d’outils d’animation, le tout représentant un investissement de 2 382 489 $

Re-écoutez l’émission spéciale du 15 – 18 avec Isabelle Richer.

Le moulin de Pointe-aux-Trembles est situé au 11630, rue Notre-Dame Est, Montréal, Québec

                                                                                           Sources:

Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2005.

Ville de Montréal

Association des moulins du Québec

Le Devoir

Wikipedia

Journal Métro

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *