Jean Quenneville

1653 – 1701

Fiche sur mesancetres.ca

Jean Quenneville, l’ancêtre des familles Quenneville, Quesneville, Queneville, Quenville et Kenville, est originaire de St-Nicolas de Rouen, de la province de Normandie, département de la Seine-Maritime, en France. Il est baptisé le 14 juin 1653, fils du maître tailleur d’habits, Pierre Quenneville, marié le 18 juin 1646, à St-Nicolas de Rouen, avec Jeanne Sacquespée.

Jean Quenneville arrive en Nouvelle-France vers l’année 1672, à l’âge de 19 ans. Le 12 janvier 1674, il signe un contrat de mariage chez le notaire Besset, avec Denise Marié, âgée de 20 ans, fille du maître d’armes, Pierre Marié, de la paroisse St-Paul et Jeanne Loret, de la paroisse St-Sulpice, archevêché de Paris. Denise est née vers 1654, à Paris.

Le 12 février suivant a lieu la cérémonie du mariage, à la chapelle de Notre-Dame de Montréal,

Jean et son épouse vont s’établir à Montréal. Outre son métier de maître tailleur, qu’il dut exercer à l’occasion, Jean se fit comme tous les colons de cette époque, cultivateur.

Au recensement de 1681, Denise Marié a 27 ans. L’ancêtre Jean Quenneville est établi avec sa famille, sur une ferme, dans le fief Verdun. Le recensement mentionne en outre qu’ils ont deux arpents de défrichés sur leur ferme et que Jean possède et un fusil.

Jean Quenneville est chantre et bedeau à la paroisse de Notre-Dame de Montréal et à compter du mois de juillet 1681, Jean Quenneville devient huissier seigneurial de Montréal, receveur de droits en 1682, geôlier et concierge de la prison, en 1690. Il remplit en outre les fonctions de greffier intérimaire et remplace le juge à trois reprises différentes, entre 1691 et 1695.

Onze enfants naissent au couple Quenneville/Marié, huit fils dont quatre fondent des foyers. Le benjamin est celui qui tisse le lien de généalogie jusqu’à ma mère Pierrette Boisvert.

Jean-Baptiste Quenneville est baptisé le 13 juin 1695, à Montréal. Il épouse le 9 novembre 1717, à Montréal, après la signature d’un contrat de mariage la veille, Marie-Anne-Magdeleine Guilbert, dit Laframboise, née le 12 décembre 1701, fille de l’ancêtre Jean Guilbert, dit Laframboise et d’Élisabeth Lancelleur.

Leur fille aînée Jeanne Quenneville, née le 18 mars 1719, baptisée à Montréal le lendemain, poursuit le lien de cette troisième génération, en devenant l’épouse le 22 juillet 1737, de l’ancêtre Jean-Baptiste Jardon, dit Montplaisir, né vers 1702, soldat de la compagnie Dufiguier, originaire de Jonzaque, diocèse de Saintes, en Saintonge.

L’ancêtre Jean Quenneville décède le 23 août 1701, et il est inhumé le même jour, à Montréal. Sa veuve, se remarie en 1704, avec Jean Guilbert, père de Marie-Magdeleine Guilbert.

Source: Robert Rochon

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *