Jean Guyon

1592 – 1693

Fiche sur mesancetres.ca

C’est en 1634 que l’émigration française commença pour ne plus s’interrompre.  Jean Guyon fait partie du premier groupe amené de Perche par Robert Giffard, premier seigneur de Beauport.

Jean Guyon porte le titre de « sieur du Buisson ».  C’est le nom d’un fief qu’il a re^cu de son seigneur.  Dès son arrivée au pays, Jean Guyon s’établit sur son domaine et se met à défricher avec ardeur.

Jean Guyon était maçon, ce qui ne l’empêche pas de cultiver ses terres et d’agir comme notaire.  Il a rédigé le premier contrat de mariage au pays, celui de Robert Drouin, ancêtre de l’institut Drouin.

Catholique fervent, il a son nom mêlé aux diverses œuvres de charité du Canada naissant.  On le voit participer à toutes les démonstrations religieuses.

Voici ce qu’en dit le Journal des Jésuites dans une note très intéressante concernant l’ordre à suivre durant la procession de la Fête-Dieu en 1646.

Come il semblait y avoir eu discussion de tous côtés, l’écrivain nous dit : « Quelqu’un ayant fait souvenir qu’il fallait garder l’ordre de l’honneur des métiers, notre frère Liégeois ayant suggéré qu’il ne fallait point avoir du tout « a l’honneur, mais du reste ils s’accommodassent par entre eux, quelqu’un d’eux ayant dit qu’il fallait donc que les pères menassent les enfants, les deux plus vieux marchèrent les premiers, savoir : Zacharie Cloutier et Jean Guyon ».

Ce fut peut-être là la première reconnaissance officielle au droit de représentation d’un corps de métier à une fête publique à Québec.  Suit l’ordre de la procession :

« Deux clochettes marchaoient devant, puis la bannière, celuy qui la portoit avoit un chapeau de fleurs.  La croix suivoit portée par un ieune garçon de 20 ans en aube & lisets; à ses deux costés, deux enfans en surplis & liset.  Suivoint les torches, 6 en mombre pour la 1re fois; on destina pour les porter les métiers du pays, sçavoir : charpentiers, maçons, matelots, taillandiers, brasseurs & boulangers, ausquels ce coup on envoya la vuille des torches faites par nostre industrie & de nostre cire, & ils les accomoderent de feston, & Iean Guion, maçon, mit un escussion à la sienne où estoient les armes de son métier, marteau, compas & reigle… ».

Le 18 octobre 1653, Jean Guyon donnait à la charité de l’Église St-Jean de Mortagne, au Perche, une maison et un jardin, à condition que lui et son épouse soient mis au nombre des bienfaiteurs.

Le 30 juillet 1646, nous pouvons suivre ce premier ancêtre dans une visite au seigneur de Beauport, Robert Giffard.  Il se rendit à la demeure seigneuriale afin d’y rendre foi et hommage, selon la vieille coutume féodale alors de mise, pour le fief dont il était propriétaire.

Source:  Institut Généalogique Drouin

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *