Filles du Roi – Histoire et leurs noms

Voir également « Filles à marier«

Filles du Roy

En 1763, il était devenu évident aux yeux du roi Louis XIV que sa colonie de la Nouvelle-France ne se développait pas assez rapidement.  Il y avait trop peu de femmes en âge de se marier et la population mâle y était nettement majoritaire.  Les hommes auraient pu épouser des Amérindiennes, mais ne le faisaient pas, même si, pendant un certain temps, ils y ont été encouragés par l’Église catholique.  Seulement sept mariages mixtes ont été enregistrés à Montréal entre 1642 et 1712.

Il fallait donc faire venir de France des femmes de bonnes mœurs.  Le roi, qui considérait tous les habitants de la Nouvelle-France comme ses « enfants », a accepté de fournir à ces jeunes filles une dot puisée à même le trésor royal.   Les dépenses liées à leur traversée seraient également acquittées par lui.  Enfin, elles recevraient, toujours du roi, un trousseau, conformément à la coutume de l’époque.  Aujourd’hui, les historiens donnent le nom de « Filles du Roy » à ce groupe de jeunes femmes.  Ce terme n’a pas été utilisé avant 1697-1698; on le rencontre pour la première fois dans le texte des mémoires de Marguerite Bourgeoys.  À l’époque, on les appelait simplement les « Filles à marier ».

Les premières Filles du Roy se sont embarquées pour la Nouvelle-France en 1663.  En 1665, c’est-à-dire l’année où l’intendant Jean Talon est arrivé dans la colonie, ce programme d’immigration avait déjà porté ses fruits.  On connaît bien l’origine de plus de sept cent de ces femmes.  Au début, la plupart des jeunes filles venaient des orphelinats des villes.  Quelques-unes étaient de petite noblesse.  Mais on s’est vite rendu compte que les filles de la campagne s’adaptaient généralement mieux aux dures conditions d’existence de la colonie, avec ses hivers rigoureux et les durs travaux à faire.

C’était une aventure audacieuse et pleine de périls.  Les Filles du Roy quittaient la France à partir des ports de Dieppe et de La Rochelle.  La traversée de l’Atlantique en bateau à voile, au XVIIe  siècle, était loin d’être une petite entreprise.  On y était très serré et sans aucun confort.  Par mauvais temps, il fallait fermer le bateau par tous ses orifices.  La nourriture était horriblement mauvaise et il arrivait même que des Filles du Roy subissent de mauvais traitements.  On sait, par exemple, que certaines se sont fait voler leurs vêtements.  Du plus, au moins soixante d’entre elles sont mortes durant la traversée, au cours des onze années qu’a duré ce mouvement migratoire.

À leur arrivée en Nouvelle-France, les Filles du Roy descendaient d’abord à Québec,  Puis, au bout d’un certain temps, si elles n’avaient toujours pas trouvé mari, elles étaient acheminées vers Trois-Rivières ou Montréal. 

Étroitement surveillées, elles étaient prises en charge par des femmes de bonne réputation, telle Marguerite Bourgeoys, jusqu’à ce qu’elles acceptent l’offre d’un prétendant.  Certains de ces mariages se concluaient à la hâte, à la manière d’une simple affaire commerciale, mais les jeunes filles pouvaient attendre jusqu’à un an avant d’accepter une demande.  Les filles de forte constitution et en bonne santé étaient les plus recherchées puisque leur nature laissait supposer qu’elles s’adapteraient plus facilement aux durs travaux qui les attendaient. 

Quand un couple s’était mis d’accord pour se marier, un notaire rédigeait un contrat comprenant l’inventaire des biens de chacun des futurs époux.  Le mariage était célébré en tout dernier lieu.  La plupart se mariaient à l’automne, au moment où les bateaux cessaient de venir de France et où les moissons étaient terminées.  Certains de ces contrats de mariage montrent que les Filles du Roy recevaient, à cette occasion, une autre somme de la part du roi.

Les conditions de vie des habitants étaient incroyablement difficiles.  Le travail était dur.  Leur alimentation était simple, et souvent pas des meilleures, constituée principalement de pain grossier.  Dans bien des cas, leur maison se réduisait à une simple cabane et leurs possessions étaient presque nulles.  Il n’était pas rare de ne posséder aucun vêtement de rechange et à peine quelques meubles dans la maison.

La médecine moderne en était à ses premiers pas, et des maladies faciles à soigner aujourd’hui étaient souvent mortelles.  On ne connaissait pas encore la cause exacte du scorbut.  Or, cette maladie était très fréquente, tant au cours de la traversée de l’Atlantique que durant les longs hivers de la Nouvelle-France, quand le régime ne comportait aucun produit frais. 

La soupe au chou utilisée alors devait contenir de la vitamine C en quantité suffisante pour les guérir du scorbut.  La bière d’épinette contient aussi de la vitamine C.  On sait que, lors du troisième voyage de Jacques Cartier en Nouvelle-France, durant l’hivernement de 1536, la plupart des hommes de son équipage ont été atteints de scorbut et que plusieurs en sont morts.  Ceux qui ont survécu l’ont pu grâce à une boisson que les Amérindiens leur ont montré à préparer avec des branches de thuya et diverses herbes.

La variole, anciennement appelée « petite vérole », était aussi une maladie dévastatrice en Nouvelle-France, tant dans les établissements français qu’au sein des populations amérindiennes.  Il y a une épidémie particulièrement grave en 1687. C’était une maladie due à des causes inconnues pour les gens de l’époque. 

Les fumigations de cèdre blanc (thuya) sont  bien plus qu’un simple remède de bonne femme.  Elles peuvent aider à combattre certaines maladies, comme la peste, puisque la fumée résinée tue les puces, vecteurs de cette maladie.

Les Amérindiens représentaient une menace constante pour les colons européens installés sur des terres leur ayant appartenu depuis la nuit des temps.  Par moments, les habitants ne pouvaient même plus sortir de l’enceinte de Montréal pour aller travailler à leurs champs.  Tout déplacement était dangereux, car on risquait à tout moment de se faire tuer ou d’être fait prisonnier.

Le régiment de Carignan-Salières a été envoyé en Nouvelle-France en 1665 afin de défendre les établissements français.  Des villages iroquois ont été brûlés, ne laissant plus qu’une seule issue à cette communauté.  Le 10 juillet 1667, les Iroquois ont donc accepté de faire la paix et le régiment a été renvoyé en France. Attirés par la perspective de posséder une terre en propre, de nombreux soldats ont toutefois décidé de rester en Nouvelle-France et d’y épouser une Fille du Roy.

Malgré les nombreuses embûches, presque toutes les Filles du Roy ont fini par se marier, car il aurait été extrêmement déshonorant de ne pas le faire.  Un certain nombre d’hommes de la colonie auraient toutefois préféré rester célibataires et l’arrivée de ces filles ne les réjouissait guère.

Mais les pressions de la part des autorités étaient fortes.  Ainsi, en 1670, l’intendant Jean Talon a décrété que tout nouvel immigrant perdrait ses droits de chasse et de traite, à moins d’épouser une Fille du Roy dans les quinze jours suivant son arrivée dans la colonie.  C’était une bonne stratégie, mais qui s’est avérée difficile à appliquer.

En 1665, Jean Talon a fait effectuer le premier recensement de la population d’origine européenne installée en Nouvelle-France;  on comptait plus de 3,000 individus.  En 1673, dernière année d’immigration des Filles du Roy, la population était passée à 6,700.  Le programme d’immigration des Filles du Roy en Nouvelle-France était donc, déjà à cette date, une excellente stratégie de peuplement.

Ces jeunes femmes, qui ont choisi de faire face à l’inconnu en s’engageant courageusement dans cette aventure migratoire, l’ont fait pour diverses raisons.  Certaines l’ont fait de leur plein gré, mais d’autres, par désespoir.  Chacune a sa propre histoire, mais toutes ont laissé derrière elles un héritage remarquable, par leur nombreuse descendance, concentrée dans le Canada, mais aussi dispersée ailleurs dans le monde.  Le succès de l’entreprise coloniale française en Amérique du Nord au XVIIe siècle doit beaucoup au courage et à l’ardeur au travail de ces pionnières.  Et, par voie de conséquence, le Canada d’aujourd’hui en bénéficie tout entier.

Source: note historique présenté par Maxine Trottier

Liste des filles du Roy

NOM                       DATE DE MARIAGE        ÉPOUX

______________________________________________________________________

ARIOT, Marie            11 Avr 1671, Québec             René VANDET

AUBRY, Françoise,    19 Août 1674,Québec            Antoine MERCIER dit Lépine

vers 1676, Île Percée               Vincent CHÂTIGNY

BAILLY, Madeleine, 5 Jul 1672, Québec                 Guillaume VANIER dit Lafontaine

27 Sept 1697, Charlesbourg   Joseph FERNANDO

BARBERY, Françoise 12 Nov 1668, Montréal         René DARDENNE

BARBIER, Jeanne      3 Nov 1670,Chambly              Julien PLUMEREAU dit Latreille

7 Jan 1681, Contrecoeur         François BLAIN

BARDOU, Marie        30 Sept 1669,Québec             Mathurin DROUET dit Grandmaison

BARRÉ, Catherine      11 Jan 1665, Québec              Mathurin CHAILLÉ

BERGER, Marguerite        9 Oct 1670, Québec              Charles COURTOIS

BLAISE, Marguerite          23 Oct 1669,Sillery               Jean PAQUET

18 Jan 1670, St-Augustin     Issac HARNOIS

BLONDEAU, Jeanne        16 Nov 1671, Trois-Rivières  René ABRAHAM dit Desmarais

BONHEUR, Marie              27 Oct 1669 Ile d’Orléans    Paul INARD  (Soldat de Carignan)

BRACONNIER, Jeanne     18 Sept 1673, Québec            Crespin THUILLIER , dit La Tour

16 Oct 1675 , Boucherville    Charles ÉDELINE

BRUNET, Anne                   23 Nov 1665, Québec            Pierre COIRIER

BUREL, Jeanne               3 Nov 1667, Québec                  André POUTRÉ dit Lavigne (Soldat de Carignan)

CARTOIS, Henriette       26 Oct 1671, Québec              Michel AUDEBOUT

23 Jul 1675, Québec               André PATRY

27 Mars 1702, St-François, IO    Jean COUTELET

CHAMOIS, Marie-Claude  vers 1673, Batiscan              François FRIGON

CHARPENTIER, Marguerite  16 Oct 1668, Québec      René MEUNIER, dit Laramée

23 Jan 1705, Neuville             Jean FANIE

*COINDREAU, Esther    veuve en France                      Jacques LAPORTE

8 Mars 1666, Québec             Jean BAILLARGEON

COIPEL, Marie               21 Oct 1669, Québec                Guillaume FAGOT

22 Nov 1677, Québec               Claude RENARD

COLIN, Marie-Rose  vers 1670, St-Ours             François DEGUIRE (Soldat de Carignan)

COLLET, Jeanne            31 Déc 1668, Montréal            Grégoire SIMON  (Tuée par les Iroquois le 8 Mai 1691 à Pte-aux-Trembles)

DE LALORE, Catherine        vers 1672, Sorel                Louis BADAILLAC (Soldat de Carignan); Catherine de Londre, Angleterre

DE LAPLACE, Marguerite      vers 1672, Lavaltrie       Pierre LESIÈGE

15 Sept 1696, Montréal          Pierre BRÉBANT dit Lecompte

DE LARUE, Charlotte    19 Sept 1673, Québec             Jean LAVANOIS (Soldat de Carignan)

26 Nov 1696, Charlesbourg   André MORIN

DESENNE, Catherine    15 Oct 1672, Montréal           Jean SENÉCAL

DESGRANGES, Louise   15 Oct 1669, Québec             Louis DELISLE

DESPORTES, Françoise  5 Nov 1669, Sillery              Pierre RENAUD, dit Locat

DUBOIS, Marie               3 Nov 1670, Fort Chambly   Michel BROUILLET dit Laviolette (Soldat de Carignan)

DUCOUDRAY, Marie     15 Sept 1670, Québec            François GRENET

DUFOSSÉ, Jeanne             1 Sept 1670, Québec           Louis DORÉ

DUPRÉ, Françoise            7 Oct 1669, Sillery               Jean LOUBAT

DUVAL, Françoise            16 Nov 1671, Québec           Pierre COURAULT, dit Coulon

12 Août 1681, Québec          Antoine-Laurent RENAUD, dit Letambour

10 Déc 1695, Québec           François RENAUD

DUVAL, Marie-Madeleine  vers 1672, près de Sorel   Jacques JOUBERT; Madeleine, soeur de Françoise

FRESSEL, Jeanne             14 Oct 1670           Étienne JACOB

(850 livres de dot)         Québec, Qc

GATEAU, Catherine        29 nov 1671, Québec         Vivien JEAN

GENEST, Jeanne-Léonarde   1 Nov 1669, Trois-Rivières Noël CARDIN

6 Nov 1671            Pierre LOISEAU dit Francoeur

*GITON, Marie               26 Nov 1676, Québec        André BERNARD

GOBERT, Marie-Madeleine     8 Sept 1670, Québec     Pierre GROLEAU

GUILLIN, Françoise    12 Nov 1668, Montréal  André TRAJOT

27 Jan 1709, Montréal           Claude ROBILLARD

HALAY, Marie                24 Août 1671, Québec          Bertrand COURTOIS

HÉBERT, Françoise           3 Mai 1668, Québec            Jean BAPTISTE, dit St-Amour

23 Nov 1671, Québec           Philippe CAZELIER

HUÉ, Marie                  7 Jan 1668, Québec            Jean BOESME

JASSELIN, Marguerite        31 Oct 1676, Lachine         Mathurin LELIÈVRE

8 Jan 1684, Lachine            Nicolas LEMOINE

JAVELOT, Anne               24 Jan 1667, Québec           Jacques LEBOEUF

LABASTILLE dite MARTIN,     11 Avr 1669, Ste-Famille, I.O.René GAUTHIER dit Larose

LABBÉ, Jeanne               28 Nov 1669 Ste-Famille, I.O. Jean ÉLIE

LACROIX, Suzanne            17 Oct 1672, Québec        Jacques SAVARIA

LAÎNÉ, Catherine            23 Nov 1671, Ste-Famille, I.O.    Étienne MESNY

23 Mai 1709, Ste-Famille, I.O.           Jean PARÉ

LAMOUREUX, Antoinette       9 Nov 1667(annulé?)   Jacques LAMBERT

LANFILLÉ, Marie             9 Nov 1665, Château-Richer Pierre ROCHE

LEFEBVRE, Élisabeth-Agnès   14 Oct 1670, Ste-Anne-de-Beaupré     François THIBAULT

LEMOINE, Marie              16 Nov 1665, Québec   Jacques DUHAULT dit Paris

LENOIR dite PIROIS, Antoinette  29 Oct 1669, Québec           Jacques LEBOEUF

18 Jul 1701, Batiscan           Jean ARCOUET (Soldat de Carignan)

LEROUX, Catherine           29 Oct 1670, Château-Richer   René GOULET

LEVAIGNEUR, Marguerite      1 Mars 1668, Montréal   Léonard MONTREAU dit Francoeur

(Soldat de Carignan)

MARCHAND, Marie-Élisabeth   6 Oct 1670, Québec   Pierre COEUR

MARÉCHAL, Madeleine      vers 1670             Pierre POUPARDEAU

MARIÉ, Jeanne               29 Oct 1670, Château-Richer      François VÉZINA

MONTMINY, Marie      7 Jan 1666, Québec           Noël ROSE

25 Nov 1687, Québec           François DUMAS

NAVARRE, Marguerite         26 Août 1669, Québec      Étienne ROY

OLIVIER dite TRIBOULET, Jeanne    26 Oct 1671, Québec     André LEROUX

PAVIOT, Marie               13 Mai 1668 Ile-d’Orléans    Antoine MONDIN

PAYAN, Marie-Marthe   6 Oct 1670, Québec           Mathurin CORNEAU

PÉCHINA, Marie              11 Août 1672, Québec        Guillaume GOURAULT

18 Fév 1686, Québec           Adrien HAYOT

PETIT, Marie-Thérèse        29 Oct 1669, Québec   Christophe LAURENT, dit Champagne

(Soldat de Carignan)

Jul 1676, Contrecoeur       Jean COITOU dit St-Jean

19 Jul 1677, Pointe-aux-Trembles

PHILIPPE, Anne     24 Nov 1671, Québec   François BACQUET dit Lamontagne

20 Janv. 1709, St-Michel         François MARQUET

PILOIS, Françoise           14 Oct 1665, Château-Richer           Antoine CASSÉ

PLOUARD, Marie-Madeleine    21 Jan 1670, Montréal   Jacques VIAU (Soldat de Carignan)

POIRÉ, Marie                21 Oct 1669, Québec           Jean HARDY

PRÉVOST, Marguerite         27 Oct 1669, Ile-d’Orléans   Martin POISSON

RAIMBAULT, Jeanne     vers 1670, Chambly       Étienne RAIMBAULT (Soldat de Carignan)

RENARD dite LECOINTE,Jeanne     26 Avr 1672, Québec    Jacques DION

RENAUD, Anne-Michelle    7 Oct 1669, Québec  Jean LASPRON dit Lacharité

(Soldat de Carignan)

RICHARD dite MARTIN, Anne Françoise 5 Jan 1670Cap-Rouge  Pierre CAMPAGNA

RIGAUD, Jeanne     vers 1676, Sorel             Michel POIRIER dit Langevin

RIVET, Catherine     7 Jan 1666 Ile-d’Orléans    Pierre DUCHESNE dit Lapierre

RIVIÈRE, Anne      vers 1676, St-Ours           Jean SELEURIER dit Deslauriers

(Soldat de Carignan)

ROUX, Aimée       6 Fév 1670, St-Augustin      Aimard TINON dit Desroches

SAUNOIS, Thérèse      26 Oct 1671, Québec           Pierre VACHER

TALBOT, Anne          2 Nov 1670, Boucherville    Jean GAREAU dit Saintonge

TAVREY, Martine       14 Sept 1670, Québec          Nicolas MARCOT

TÉRILLON, Geneviève         4 Jul 1673, Québec    Pierre JOLY, dit Delbec

TISSERAND, Madeleine     12 Sept 1673, Québec          Pierre PARENTEAU

27 Jul 1695, Québec           Jean CHARPENTIER

VALET, Cécile               Veuve de France              Étienne DORANGE

27 Oct 1669 , Québec          Michel DURAND

VAQUET, Marie               7 Oct 1670, Québec            Guy DORILLARD

VERGER, Marie               15 Sept 1670, Québec          Jean HUS

VERRIER, Catherine      30 Sept 1669, Ste-Famille          Pierre RONDEAU

*VIDEAU, Anne      26 Fév 1664, Québec           Jean JOUINEAU

30 Juin 1676, Québec          Étienne BLANCHON dit Larose

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *