Source : Musée canadien des civilisations

Retour à  la page Mes ancêtres

 

Début d’une colonie

 

 

Occupation de la Nouvelle-France

 

Par leurs alliances avec les Montagnais, les Hurons et les Algonquins, les Français s’opposent aux Iroquois, alliés des Hollandais et des Anglais.

 

Les autorités souhaitent que la population se concentre dans la vallée du Saint-Laurent, mais le contexte ne s’y prête pas.  La nécessité d’explorer le territoire et de préserver le commerce des fourrures de la concurrence hollandaise et britannique, en établissant des postes de traite toujours de plus en plus loin, pousse les Français à  s’éparpiller.

 

Explorateurs, missionnaires et voyageurs suivent leurs alliés amérindiens jusqu’aux Grands Lacs.  Tr?s tà´t, missions, postes de traite et forts jalonnent les principales vies d’eau.  La défense repose toutefois davantage sur les liens avec les Amérindiens que sur de dérisoires palissades.  L’affrontement avec les Iroquois atteint un somment en 1665, lorsque 1400 soldats du régiment de Carignan-Sali?res imposent une paix qui favorisera le peuplement de la vallée du Saint-Laurent.

 

Commerçants

Quelle que soit leur classe sociale, tous les habitants de la Nouvelle-France participent aux échanges et désirent s’enrichir.

 

D?s 1600, la traite des fourrures domine le commerce de la Nouvelle-France.  Un si?cle plus tard, elle fait la fortune des marchands, des fonctionnaires coloniaux et même des militaires en garnison dans les forts éloignés.

 

Des fils d’agriculteurs et de commerçants obtiennent la permission du gouverneur de Nouvelle-France pour aller troquer des fourrures avec les Amérindiens en échange de diverses marchandises importées.  Ils se rendent au-delà  de la région des Grands Lacs, à  des postes de traite, leurs canots remplis de haches, de couteaux, de chaudrons en cuivre, de couvertures ainsi que de provisions de vin et d’eau-de-vie.

 

Pendant tout l’été, ils travaillent du matin jusqu’au soir.  Ils l?vent le camp, pagaient sur les rivi?res et les lacs, portagent pour contourner les rapides et installent leur campement à  la tombée du jour.  Ils se nourrissent surtout de poisson, de gibier, de maà¯s et se désalt?rent de vin et d’eau-de-vie.

 

Au XVIIIe si?cle, Montréal est devenu le contre commercial de la colonie.  On expédie en France surtout des peaux de castor, de loutre, de martre, de chevreuil et d’orignal.  Certaines années, les fourrures représentent la presque totalité de la valeur des exportations.  Elles attirent de nombreux jeunes hommes en pays amérindien.

 

Toutefois, c’est l’agriculture qui fait vivre seigneurs et habitants.  Ils se font souvent marchands de grains, de légumes ou de bois.  Ils viennent en ville, au marché, pour acheter et vendre.  Certains approvisionnent même les négociants et les navires en partance pour Louisbourg, les Antilles et la France.

 

Depuis plusieurs si?cles, des réseaux d’échanges amérindiens permettent la circulation des objets de troc à  travers le continent. Les Amérindiens se procurent d’abord des articles utiles.  La marchandise de traite est composée d’environ 60% de textiles, 25% d’armes et d’outils, 6% d’alcool, 3% de bijoux et de 2% de tabac.

 

Le commerce des fourrures  ne peut exister sans les Amérindiens qui imposent leurs méthodes de traite et leurs exigences commerciales aux Européens.  Fumer le calumet et échanger des wampums avant d’effectuer un échange est  une tradition amérindienne précédant l’arrivée des Européens.  Ces derniers doivent s’y soumettre s’ils désirent faire la traite des fourrures.

 

D?s l’arrivée des Européens, des marchandises de traite parviennent jusqu’au cÅ“ur de l’Amérique.  Interpr?tes et missionnaires devancent les marchands qui vont à  la rencontre des Amérindiens à  l’embouchure des grandes rivi?res.

 

Les Radisson, La Salle et La Vérendrye repoussent les fronti?res.  Des alliances sont conclues avec les nations amérindiennes et des postes de traite sont construits toujours plus loin.  On y échange des fourrures contre des objets manufacturés et de l’eau-de-vie.

Au XVIIIe si?cle, l’intendant Hocquart, dont on voit le portrait, tente de tirer profit des forêts et des gisements de fer.  Malgré une politique royale qui décourage les initiatives industrielles coloniales.  Hocquart stimule la construction navale et les forges.  La menace de guerre incite les dirigeants à  fabriquer des navires, des canons et des boulets.  Des particuliers créent de petites industries d’appoint, notamment pour l’approvisionnement en bois, en goudron en chanvre, en cordages et en clous.

 

On manque toutefois d’ouvriers spécialisés et il faut en faire venir de France. Les besoins en main-d’Å“uvre spécialisée sont tels que les autorités modifient les exigences des corporations françaises de métier pour accéder à  la maà®trise.

 

On refuse les métiers qui ne sont pas immédiatement utiles à  la construction du pays; on incite les jeunes à  l’apprentissage d’un métier en le rémunérant; on permet, enfin, à  tout artisan qui a travaillé pendant six ans au pays d’ouvrir sa propre boutique.  L’hiver pose également des probl?mes : il a des effets dévastateurs sur les moulins à  eau et les fourneaux des forges.

 

Engagement d’une domestique de 4 ans, 1703.

Se trouvant réduit à  une extrême pauvreté et p?re de quatre enfants en bas âge, René Favreau (veuf de Elisabeth Boissonneau), habitant de la seigneurie de Beaumont, engage sa fille, Marie Françoise, 4 ans, pour son avancement, en qualité de servante à  Antoine Fortier, maà®tre de barque de la paroisse de Saint-Laurent, Ile d’Orléans.  Le sieur Fortier s’engage à  la traiter humainement, à  la nourrir, à  la loger et blanchir, à  l’instruire, et à  lui fournir toutes les choses nécessaires à  son salut.  Il s’engage aussi à  lui payer des gages, soit une somme de 150 livres qui lui sera versée le jour de son mariage si elle a vingt ans accomplis.  S’il advenait qu’elle prenne époux à  l’âge de 17 ans, elle recevrait alors une somme moindre, établie à  75 livres, et à  18 ou 19 ans, une somme fixée à  120 livres. Greffe de Louis Chamballon, le 9 octobre 1703.

 

Noir d’Afrique ou Amérindien, l’esclave en Nouvelle-France travaille surtout comme domestique.  En Acadie, à  Louisbourg ou au Canada, il vit généralement chez son propriétaire et a acc?s aux services juridiques, médicaux et religieux.  L’esclave de la Louisiane connaà®t des conditions de vie plus contrastées : plusieurs peinent dans les plantations de tabac et d’indigo, mais bon nombre apprennent un métier.

 

Dans tous les cas, il demeure un bien que l’on acquiert et il ali?ne toujours sa liberté.

 

Vente d’un esclave, 1724.Jean Gauthier, dit Landreville, habitant demeurant à  l’Ile Ste Thér?se, vend à  Louis Hector Piot de Langloiserie, seigneur de l’Ile Ste Thér?se, un Panis nommé Jacques Nichououe,  17 ans, qui l’a quitté depuis six mis mais qu’il promet s’oblige de rechercher.  La vente est consentie pour une somme de 200 livres.  Jean Gauthier devait, par ailleurs, pareille somme au seigneur Piot dont il serait finalement quitte s’il retrouve, bien entendu, Jacques Nichououe.  L’Acte est fait et passé à  Ville-Marie en présence de Joseph Gamelin et Joseph Philippeaux qui ont signé avec le seigneur Langloiserie et Jean Gauthier. Greffe de Jacques David, Montréal, le 16 mai 1724, no.879.

 

Autres informations

Cliquez sur votre choix

 

Début de la colonie

        Déplacements

        Apparence

        Villes

        Distribution des terres

        Justice

Nourriture

Personnalités

Acadiens

        Routes vers les Etats-Unis

Santé

        Instruction

        Culture

        Religion

 

Retour à  la page Mes ancêtres

 

© 2017 Mes Ancêtres