Retour à  la page Mes Ancêtres

Auteur : Robert Rochon  

Un premier ancêtre

 

THOMAS AYOTTE (HAYOT)

1609 - 1670

Hayot est un diminutif du nom originel de Hay, forme masculine de haie, d'où les Lahaie, les De la Haye et les Deshaies.

 

Ayotte est la forme du nom, portée par presque tous les descendants de Thomas Hayot, en Amérique, l'un des premiers colons de la Nouvelle-France.

 

Thomas Hayot est baptisé en 1609, à la paroisse de Soligny-la-Trappe, près de Mortagne, au Perche. Il épouse le 15 juillet 1629, à Saint-Jean de Mortagne, au Perche, aujourd'hui département de l'Orne, Jeanne Boucher, sœur de l'ancêtre Marin Boucher, responsable du plus grand nombre de familles Boucher en Amérique.

 

Le registre paroissial de Québec, signale sa présence au pays le 30 octobre 1638, arrivé dernièrement avec les siens. Le colon percheron, Thomas Hayot, sert la Compagnie de la Nouvelle-France de ce côté-ci de l‘Atlantique. Thomas et son beau-frère, Marin Boucher, sont métayers de la ferme que possède la Compagnie de Jésus à Beauport, jusqu'au 11 juin 1646. (un métayer, selon la définition, du petit Larousse illustré, c'est un exploitant agricole lié au propriétaire foncier par un contrat de location en échange d'une partie de la récolte). Après entente entre les deux, Thomas Hayot décide de prendre la charge de tout.

 

Le 15 avril 1646, le gouverneur Huault de Montmagny a concédé au pionnier une terre, vraisemblablement celle de Sillery, où ce dernier a décidé de s'installer en quittant la ferme des Jésuites. Cette terre de trois arpents de front sur le fleuve, qui s'étend jusqu'à la route Saint-Ignace. Le 24 septembre 1651, le journal des Jésuites, nous apprend que l'ancêtre s'est fait dérober un canot par un Sokoquinois, qui se retira incognito avec un Abénaquinois. Le 19 août 1653, les Jésuites notent que Thomas Hayot est établi au Cap-Rouge et que, ce jour-là, il est élu membre du syndicat, nommé adjoint du Cap-Rouge.

 

La famille Hayot n'est pas mentionnée au recensement de 1666. En 1667, elle est inscrite au Cap-Rouge et à la côte Saint-Ignace. Ses voisins sont Étienne DeNevers et Sébastien Langelier. Thomas Hayot est dit âgé de 58 ans et Jeanne de 60.

 

Seuls les trois derniers enfants de Thomas Hayot et de Jeanne Boucher laissent une descendance.

 

Celle qui nous lie à l'ancêtre, c'est la cadette de la famille, Anne Hayot, née en 1640, à Québec, elle épouse le 28 octobre 1652, âgée de douze ans, l'ancêtre Étienne Denevers, dit Brantigny, né vers 1627, originaire de la paroisse de l'Espanay, en Champagne. Cinq enfants naissent au couple DeNevers/Hayot et ils reçoivent une formation supérieure à la moyenne. L'ancêtre Étienne DeNevers, dit Brantigny, décède avant le 7 décembre 1678, à Lotbinière. Sa veuve épouse à cette date Léonard Dubord, dit Lajeunesse, mais le couple n'a pas d'enfant ensemble. Anne Hayot décède en 1695.

 

Par le mariage de sa fille Anne, Thomas Hayot devient l'ancêtre de toutes les familles de Nevers, dit Boisvert. Thomas Hayot est mort entre 1673 et 1675, une autre énigme de l'histoire des ancêtres.

 

 

 

 

© 2017 Mes Ancêtres