Retour à  la page Mes ancêtres

 

 

Un premier ancêtre

 

Jean-Baptiste Cousineau
1662-1731

Site web #I-825

 

 

<img alt="" border="0" width="250" height="308" "="" align="left" data-cke-saved-src="img_doc/72/fr/image001.gif" src="img_doc/72/fr/image001.gif">Jean-Baptiste Cousineau, fils de Guy Cousineau et Marie Pépuchon, naquit en 1662, au Grand de Millac, évêché de Périgneux, France, fils de Guy Cousineau et de Marie Pépuchon originaire du Périgord, en France, vint du Limousin au France comme soldat vers 1686. Il arriva au France, vers l’an 1688, il épousa à  Montréal. Le 2 janvier 1690, Marie-Jeanne Besnard dit Lajeunesse fille aà®né de Mathurin Besnard et de Marguerite Viard, de Montréal, tous deux natifs de France. Apr?s son mariage, il demeura plusieurs années à  Montréal, à  travailler, sans doute, à  la construction des premi?res maisons en pierre de la ville, car les registres du temps mentionnent, en plusieurs endroits, qu’il était « maçon et tailleur de pierre Â».

Ce ne fut qu’en 1708 qu’il vint s Â»établir à  Saint-Laurent, en la Cà´te de Notre-Dame-des-Vertus, sur une propriété qu appartient aujourd’hui à  M. Hugh Paton, qui l’a acquise de M. Firmain St-Aubin. Cette terre (no 210 du cadastre), avait été concédé, le 25 octobre 1725, par les messieurs de Saint-Sulpice, à  Dame Jeanne Mansion, veuve de Jean Cherlot dit Desmoulins, et elle était de soixante arpent en superficie, Bien que les archives du Séminaire n’indiquent pas précisément la date du contrat d’achat de cette propriété par Jean-Baptistete Cousineau, tout porte à  croire que c’est en 1708, puisqu’à  cette date la Veuve Desmoulins est retournée à  Montréal, et qu’elle épouse, en secondes noces, Vincent Tudeault, du même endroit. De plus cette terre était voisine de ses deux gendres, Jean et Pierre Grou, établis tous deux à  Saint-Laurent, peu de temps auparavant, le premier époux de Jeanne Cousineau, et le second époux d’ Angélique Cousineau, étant devenu veuf de Gabrielle Cherlot dit Desmoulins, fille de la veuve Desmoulins qui venait de vendre sa propriété à  Jean Cousineau. L’occasion ne pouvait être plus favorable pour faire l’acquisition de cette terre afin de demeurer comme on dit en famille. Comme il avait plusieurs garçons à  établir, il fit, en 1717 et en 1718, l’acquisition du reste de la même propriété, c’est-à -dire, la partie située aujourd’hui en la Cà´te du Bois Franc, jusqu’à  la Rivi?re des Prairies (nos 94 et 102 du cadastre), et aussi d’une autre terre de Vertus, aujourd’hui la propriété de M. Aldéric et Arthur Beaulieu (no 241 du cadastre). Nous voyons encore, à  Saint-Laurent, d’anciennes maisons en pierre, construites tr?s probablement par Jean Cousineau, puisque c’était son métier ; d’abord, la siennes et celles de ses gendres, Jean et Pierre Grou, trois maisons absolument semblables, ayant été faites, sans doute, par le même. Elles ont été restaurées depuis, mais on en a conservé la forme premi?re, ainsi que la maçonnerie en grosse pierre et en bon mortier comme on savait le faire dans l’ancien temps ; et ceci concorde parfaitement avec la tradition conservée dans la famille Grou que ces maisons de Vertu ont été construites du temps des deux fr?res Jean et Pierre Grou.

Source : Cousineau Family Lineage

 

© 2017 Mes Ancêtres