Source : Larin, Robert, un ancêtre loudunais

Retour à  la page Mes ancêtres

Pierre Lorin

dit Lachapelle (I-13762)

Pierre Lorin est l'ancêtre de la presque totalité des Larin, Laurin et Lorrain venus en Amérique au XVIIe siѐcle. Déjà  marié à  son arrivée en Nouvelle-France avec Françoise Hulin, sa premiѐre épouse, Pierre Lorin n'a pas eu l'occasion de faire officiellement inscrire son lieu de provenance dans un registre de l'état civil ici.

Le surnom de Lachapelle que porte l'ancêtre laisse supposer qu'il puisse être originaire de la seigneurie de Lachapelle-Bellouin, à  cinq kilomѐtres à  peine d'Angliers, d'o๠sont justement partis ses trois cousins pour la nouvelle colonie. Malgré ces incertitudes, on peut supposer que l'ancêtre et son épouse sont arrivés à  Québec à  l'automne de 1655 soit à  bord du Fortune, soit du Colombe-mouillée, en provenance tous les deux de La Rochelle.

Un contrat du notaire Audouart signé le 20 aoà»t 1658 révѐle que Pierre Lorin est fermier dans la seigneurie de Notre-Dame-des-Anges, en aval de Québec. L'hà´pital Saint-Michel-Archange à  Beauport occupe aujourd'hui une mince parcelle de cette terre. C'est là  que naà®t le 14 mai 1657 le seul enfant issu du premier mariage, Thierry, appelé Pierre par la suite.

Départ pour Montréal

Au terme de son bail en aoà»t 1658, Pierre Lorin, «scieur de long» et sa jeune famille se joignent à  une soixantaine de personnes qui, dans trois chaloupes, quittent Québec pour Montréal. Une telle expédition durait à  l'époque de quatre à  six jours. Françoise décѐde peu de temps aprѐs son arrivée à  Ville-Marie.

Pierre ne restera veuf que onze mois et épousera une «recrue de Jeanne Mance», Françoise Saulnier dit Duverdier, une Parisienne de Saint-Germain-des-Prés, qui lui donnera dix enfants. Pierre décѐde âgé d'environ 57 ans à  la fin de l'été 1685. Son acte de décѐs reste introuvable. Sa veuve se marriera trois autres fois et mourut vers 1710 âgée d'environ 70 ans.

Thierry dit Pierre, le seul enfant du premier lit, épouse Marie Matou en 1670 à  Riviѐre- des-Prairies; elle lui donnera cinq filles et cinq garçons. L'un de ces derniers, un troisiѐme Pierre en trois générations, assure la descendance qui nous intéresse aujourd'hui et ce dans le voisinage de l'àŽle-Jésus et de la ville de Laval d'aujourd'hui.

Dѐs la sixiѐme génération, des membres de la famille commencent à  s'installer dans l'Est ontarien o๠les terres se vendent à  prix modique. Dѐs lors, on se marie autant dans l'Ouest québécois que dans l'Est ontarien et jusqu'en Haute-Gatineau. Un autre rameau fleurit dans la région de Détroit. Les Laurin ont été de tous les métiers, de toutes les professions : Camille le psychiatre qui propose la Charte de la langue française, Philippe le notaire conservateur de Jacques-Cartier, Maurice l'avocat de Trois-Riviѐres. Sans oublier les Lorrain: Narcisse-Zéphirin, le premier évêque de Pembroke, Pierre, l'ancien Président de l'Assemblée nationale, Roméo, le marchand de Buckingham et ministre des Travaux publics dans les cabinets de Duplessis, Sauvé et Barrette.

Source : Larin, Robert. Un ancêtre loudunais : Pierre Lorin dit La Chapelle dans Mémoires de la Société généalogique canadienne-française, vol. 44, no 2, été 1993.

Texte d'Eugѐne-A. Meunier. Chronique réalisée en collaboration avec la Société de généalogie de l'Outaouais, Inc., paure le 13 avril 1995.

Retour à  la page Mes ancêtres

© 2017 Mes Ancêtres