Retour à  la page Mes ancêtres

Auteur : Pierre Ouimet

 

 

Un premier ancêtre

 

 

Jean Ouimet

I-6974

1634-1696


Jean Ouimet est né en Champagne vers 1634 dans la région de Reims. Même si aucun document ne l'atteste, il est probable que Jean soit arrivé en Nouvelle-France à  l'automne 1659. Il aurait voyagé sur le navire « Le Sacrifice d'Abraham Â». Le rà´le des passagers a malheureusement été perdu. On sait par contre que François de Laval, le premier évêque de la Nouvelle-France, s'y trouvait. Selon le Journal des Jésuites, le lundi 16 juin 1659, « sur les 6 heurs du soir, ce même jour, arriva de France à  Québec le premier vaisseau qui nous donna un Évesque, avec M. Charny, le P. Lalemant et 2 prestres Â».

Le premier indice de la présence de Jean sur la cà´te de Beaupré est un contrat d'achat de terre rédigé par le notaire Claude Aubert en date du 8 novembre 1659. Guillaume Thibault et son épouse Marie-Madeleine Lefrançois, une champenoise, lui vendent une terre de « 2 arpents de front sur le grand fleuve Sainct laurent, scise audict beaupré proche le Ruisseau nommée La Riviѐre du Sault de la puce. Ce contrat nous indique que la veille, devant le même notaire, Jean avait passé un bail de fermier avec Guillaume Thibault Â».

Le lundi 2 février 1660, Jean Ouimet est confirmé avec plusieurs autres par Mgr Laval, à  Château-Richer. Parmi eux, Renée Gagnon, fille de Jean, un des trois frѐres Gagnon, qu'il épousera huit mois plus tard. En effet, le dimanche 3 octobre, on le retrouve devant le notaire Claude Aubert pour signer son contrat de mariage avec Renée, une jeune québécoise de 17 ans. Ce document révѐle que Jean est « fils et héritier de feu Nicolas Houymet et Perrette Nicayse, ses pѐres et mѐre de la paroisse de Vigny, archevêché de Reims Â». Nous ignorons à  quel date a eu lieu la cérémonie religieuse.

Aprѐs son mariage, le jeune couple vit sur la cà´te de Beaupré, sur la terre achetée à  Guillaume Thibault. Jean et Renée rêvent de s'installer un jour à  l'àŽle d'Orléans. Le 10 avril 1662, Jean y achѐte une terre de M. de Lauzon, Seigneur de Charny. C'est sur cette terre de deux arpents de front « sur le fleuve St-Laurent au passage du nord Â» que le couple va s'établir et élever sa famille. Ils auront neuf enfants. En janvier 1668, Jean décide d'agrandir son domaine. Il achѐte de Mgr de Laval une terre de trois arpents de front « sur le fleuve St-Laurent au passage du nord à  prendre dans lad. Isle d'Orléans en nostre Seigneurye de Lirec Â». Ses voisins sont Pierre Paillereau et Jean Allaire.

Les deux premiers enfants sont nés sur la cà´te de Beaupré et ont été baptisés à  la paroisse de Château-Richer : Jean, le 19 novembre 1661 et Louis le 26 septembre 1663. Leur premiѐre fille, Marguerite, née le 11 janvier 1667, sera baptisée à  la paroisse Ste-Famille, àŽle d'Orléans. Tous les autres enfants seront baptisés à  cette même paroisse : Marie-Madeleine (1672), Gabriel (1675), Jacques (1676), Jeanne (1679), Pierre (1681, décédé à  l'âge de deux semaines), Pierre (1683).

Jean décѐde le premier, le 18 novembre 1687, à  l'âge de 53 ans L'inventaire de ses biens passé devant le notaire Vachon en octobre 1688 nous révѐle l'étendu de ses possesions. Jean n'est pas riche, mais il a réussi par son labeur et celui de Renée à  se monter une petite ferme familiale. Il s'était bâti une maison « clause de madriers et couverte de planches Â». Dans la grange « clause de planche et couverete de paille avec une étable joignante Â», ont inventorie huit cent gerbes de blé , environ deux minots de pois, quatre minots d'avoine et cinq cent de foin en botte. Dans l'étable une paire de bÅ“ufs de travail, quatre vaches a lait, sept grands cochons, six cochons « nouritureaux Â», dix-huit dindes et dindons et huit oies.

Nous ignorons la date du décѐs de Renée Gagnon. Nous savons qu'en 1696, elle donne la moitié de la terre acheté de Mgr Laval à  l'Hà´pital Général de Québec. La terre sera rachetée en juin 1696 par son gendre, François Turcot, époux de Marguerite Ouimet.

Des neuf enfants du couple Ouimet, trois garçons, Jean, Louis et Pierre, et une fille Marguerite, contracteront mariage et porteront descendance.

 

© 2017 Mes Ancêtres