Jacques Leblanc (1644-1710)
Un des ancêtres des Leblanc d'Amérique


  

Fils d’Antoine Leblanc et de Madeleine Boucher, de la paroisse Saint-Pierre de pont l’Évêque, de Lisieux en Normandie. Il épouse à  Montréal, le 6 juin 1666, Suzanne Rousselin, fille de Philibert Rousselin et d’Hélѐne Martin, de Saint-Jacques de Mouate.  Les Sulpiciens lui concѐdent une terre à  la cà´te Saint-François, le 12 février 1667; il est qualifié de domestique des Sulpiciens. Toutefois, il ne demeure pas à  Montréal, car il est accusé d’avoir volé à  Jacques Bria treize minots de blé.

Il va s’établir dans la seigneurie Notre-Dame-des-Anges de Charlesbourg oà¹, le 17 février 1667, il loue pour trois ans, la ferme de Claude Charon, avec trois vaches: le tout pour 150 livres et les « escrois » ainsi que deux cochons « nourritureaux ». Le tribunal de Montréal le condamne, le 15 avril 1667, à  trois ans de galѐre et à  être marqué de la fleur de lys, à  60 livres de dédommagement envers Bris et à  24 livres envers les Seigneurs du lieu. Il va en appel au conseil souverain de la sentence de juge de Montréal. Il est aussità´t mis en prison et on adoucit sa sentence. Il sera "battu et flestry de verges par l’exécuteur de la haute justice dans la haute et la basse ville de Québec aux lieus accoutumé savoir de six coups dans chacun d’icieux" et à  20 livres à  la dissection du conseil et aux dépenses du procѐs. Au terme de sa location de la terre de Claude Charon, il loue pour trois ans, celle de Jacques Bédard, à  Charlesbourg, avec une cabane et une grange, pour quinze minots de pois et cinq minots de blé pour chacune des deux autres années. Il habite au village Saint-Claude de Charlesbourg quand, le 4 janvier 1673, en compagnie de Jacques Sabourin, il promet d’abattre et de débiter huit arpents de bois pour le marchand Nicolas Follin sur la terre de François Blondeau. Ils le feront brà»ler de la maniѐre qu’on leur indiquera pour en ramasser les cendres. Pour cet ouvrage, on leur promet 36 livres par arpent de bois abattu. Le 7 aoà»t suivant, il est redevable de 134 livres et 4 deniers envers les Jésuites qui ont payé la terre qu’il a achetée au village de Saint-Claude de Charlesbourg. Il a un différent avec Jacques Renaud au sujet de grain qu’il doivent battre ensemble. Le tout mѐne à  une altercation entre son épouse et Renaud. Le juge de la Seigneurie de Notre-Dame-des-Anges tranche la question en leur faveur. Jacques Renaud en appelle de cette sentence au conseil souverain. On choisit des experts pour régler les frais des coups donnés entre Renaud et la femme de Leblanc et on condamne ces derniers à  remettre 8 livres et dix sols qu’ils lui doivent. Comme il ne parvient pas à  rembourser sa dette envers les Jésuites, le 27 janvier 1680, il constitue une rente annuelle de 8 livres à  leur égard pour couvrir les 160 livres qu’il leur doit. Le 11 février suivant, il engage son fils Julien, âgé de treize ans, pour quatre ans au sieur Pinguet, moyennant selon logement et sa nourriture ainsi qu’une vache laitiѐre qu’il gardera pour lui. Au recensement de 1681, il habite au village de Saint-Claude de Charlesbourgs et possѐde une vache et huit arpents de terre en valeur. Le 28 avril 1682, sa dette envers les Jésuites se chiffre à  200 livres. Il constitue une nouvelle rente annuelle de 10 livres à  leur égard. Le 25 novembre 1683, Jean Delquel fait saisir une habitation  qu’il a vendue à  Jacques Duhaut et la reprend. C’est cette terre que Delquel lui loue pour cinq ans, le 21 décembre suivant, moyennant 60 livres par année ou vingt minots de blé. Le contrat est cependant brisé le 22 février 1684. Il comparait de nouveau en justice devant le juge de Notre-Dame-des-Anges, le 16 octobre. Il réclame six minots de seigle à  Clément Guérin en dédommagement pour les dépà´ts que ses bêtes ont fait sur ses terres.

Le 20 novembre suivant, les Jésuites lui réclament 44 livres. Il se dit incapable de les payer et leur offre de se payer en vendant les deux terres qu’il détient d’eux au village de Saint-Claude. Le 8 novembre 1687, son épouse et sa fille Françoise veuve de Pierre Guilbeau sont accusées de voies de fait sur l’épouse de Michel Chrétien et condamnées chacune à  15 livres d’amande envers Marguerite Cour. Le 11 novembre suivant, afin d’éviter un procѐs avec François Dubois et Marie Guilbeau et les autres héritiers Guilbeau au sujet de la succession de feu Pierre Guilbeau, époux de leur fille Jeanne. Avec l’assentiment de son épouse, ils renoncent à  la succession, moyennant 275 livres, une vache et les hardes de leur fille. Le 3 février 1702, le marchand Pierre Duroy lui réclame 40 livres et 4 sols pour des marchandises qu’il lui a vendues.

Il décѐde, au village Saint-Claude de Charlesbourg, le 14 avril 1710 et est inhumé, le lendemain, à  Charlesbourg.

JACQUES LEBLANC et SUZANNE ROUSSELIN auraient donné naissance à  9 enfants:

1. Julien, baptisé le 21-03-1967 à  Montréal, étaient présents au baptême Julien Beloy et Jeanne Groissad, marié à  Anne Vanier, le 7 janvier 1690, à  ST-Charles de Charlebourg.Étaient présents au mariage: Jacques Leblanc, Susanne Roussel (Rousselin), Guillaume Vasnier, Madeleine Bailly, Jacques Leroy, Thomas Pajot, Charles Gotro et J. Fouquet, prêtre.

2. Michel, né à  Bourg-Royal à  Charlesbourg et baptisé à  Québec le 13-12-1669. Décédé avant le recensement de 1681.

3. Pierre, né à  Bourg-Royal et baptisé le 11-11-1671 à  Québec. Décédé aprѐs le recensement 1681. Confirmé le 26-05-1681 à  Québec .

4. Françoise, née le 16-10-1674 au village St-Claude et baptisée à  Québec le 23-10-1674; mariée 1697 à  Pierre Guilbault: mariage annulé CT 21-10-1694 Chambalon: Robert Fâche (Nicolas Fâche &Catherine Suret). On la retrouve citée en mariage, avec Pierre Guillebo, le 7 janvier 1697 à  St-Charles de Charlesbourg. Pierre était fils de Louise Senécal. Etaient présents au mariage: Pierre Lefebvre, Thomas Pajot, Pierre Martel, Julien Leblanc, Jacques Leblanc et Alexandre Doucet, prêtre.

5. Jacques, né et baptisé le 13-09-1677 à  Québec. Sépulture le16-01-1703 à  L'Ange-Gardien. .

6. Marie, née et baptisée le 20-04-1680 à  Charlesbourg . Mariée en 1706 à  Jean Meilleur. Étaient présents au baptême: Thomas Pajot , Marie Pivin, Jacques Ginel et Charles Glandelet, prêtre.

7. Joseph, né le 17-octobre 1683 au village de St-Claude, Charlesbourg. Étaient présents aux funérailles: Susanne Rousel (Rousselin), Julien Leblanc, Jacqueline Héron, Jacques Galarneau et Pierre-Paul Gaignon, prêtre.Décédé le 25-10-1683. Sépulture: le 27-10-83 id. à  l ' âge de 8 jours. Étaient présents aux funérailles, en plus des pѐre et mѐre: Jacques Duhaut, Michel Duhaut et Pierre-Paul Gaignon, prêtre.

8. Marie-Anne, Née le 18-12-1684 à  St-Claude et baptisée le 20-12-1684 à  Charlesbourg. Étaient présents au baptême: Jean-Baptiste Roit, Étienne Roit , Marie-Anne Gotro, Charles Gotro et Nicolas Dubos, prêtre.Mariée à  Jacques Pivin.

9. CHARLES, mon ancêtre, né le 22-04-1688 à  St-Claude et baptisé le 24-04-1688, à  Charlesbourg.

 

Source: M. Denis Leblanc

 

© 2017 Mes Ancêtres